Catégorie : Référencement multilingue

10 Sep 2017

Développer son site avec Wix : forces et faiblesses de la solution

La sphère du développement informa tique voit apparaître actuellement l’émergence d’une nouvelle plateforme dénommée Wix. Utilisée au sein de notre équipe pour accroître notre présence et notre visibilité sur le secteur du tourisme et de l’événementiel en Europe centrale et notamment à Prague, cette plateforme permet de créer facilement des sites internet et de les développer.

Le fonctionnement de Wix se résume de la manière suivante : on commence par choisir un design préfabriqué, puis on clique sur les différents blocs d’images ou de textes pour les modifier, les déplacer et en ajouter d’autres. C’est dans sa simplicité d’usage que réside l’intérêt de cette plateforme. Bien entendu, dans l’optique de la réalisation d’un véritable site fort en contenu, choisir un thème graphique, jongler avec les fonctionnalités et créer quelques pages sont loin de constituer des actions suffisantes et il faudra compter plus de temps afin d’y ajouter une réflexion sur la structure, l’articulation entre chaque page, le contenu et des efforts sur l’aspect visuel. (suite…)

01 Août 2014

WordPress, comment choisir un thème internationalisé

Ayant récemment participé à la création d’un site d’actualités pour la Chambre de commerce franco-tchèque, nous avons été confronté à un difficile choix.  Quel thème WordPress choisir pour un site multilingue en tchèque et en français?

internationalisation-wordpressC’est toujours une tâche difficile que de contenter tout le monde pour la sélection d’un design de blog WordPress.  Tout d’abord, il y a la stratégie générale qui comporte une étude des attentes des visiteurs.  Il faut, à partir de previews, opter pour un style générale, des feuilles de CSS souples et lisibles, structurer en avance les menus, se projeter dans l’ergonomie de lecture et l’expérience utilisateur.

Ensuite, il faut contenter le client qui voudra naturellement de nombreuses fonctions faciles à implanter grâce à la multitude de widgets disponibles sur WordPress mais pas toujours adaptables à des concepts arrêtés.  En effet, jouer dans le code de ses widgets s’avèrent consommateur de temps mais aussi dangereux pour la stabilité du système ou la pérennité du site entier.  Tout comme vous, nous avons perdu de nombreuses fois nos adaptations dans une mise à jour.

 

Thèmes WordPress internationalisé

Voila, vous êtes toutefois arriver à un compromis général et avez sélectionné un thème.  Là, surprise, malgré le fait que le designeur du dit thème assure qu’il a bien internationalisé son produit, vous n’arrivez pas à gérer les langues. Tout d’abord, la gestion des fichiers .mo et .po n’est pas claire.  Vous arrivez à trouver le doc général mais votre widget multilingue place les traductions ailleurs sur votre FTP.  Vous devez alors faire un choix: optimiser une version bilingue car il ne s’agit finalement que de petits textes épars (les catégories, articles passent très bien d’une langue à l’autre).

 

Qu’est l’internationalisation I18N?

Vous devinez donc que l’internationalisation du thème n’a pas été optimisée.  Vous cherchez et trouvez le terme laconique et obscure de I18N.   Est-ce que le design a bien été adapté au format I18N? Mouaif,  vous découvrez que cela veut dire I + 18 lettres et N qui composent le mot « internationalisation ».  Ok, on apprend tous les jours.  C’est donc le procédé requis pour prévoir et implémenter un software ou solution programmée pour facilement l’adapter à différents languages pour une meilleure géolocalisation.  En gros, cela permet de rapidement traduire un texte avec des conditions telles que:

  • accepter les caractères internationaux Unicode (un standard universel qui promeut son ISO / IEC 10646),
  • mettre des espaces supplémentaires pour que d’autres langues tiennent dans vos graphismes, textes, titres (ex. faites une traduction de site d’anglais vers l’allemand et vous comprendrez immédiatement de quoi je parle),
  • faciliter d’ailleurs le graphisme général pour éviter des coûts importants d’infographiste.

cest-beau-internationalisation

Widget multilingue pour WordPress

Vous vous rendez alors compte qu’être I18N ne suffit pas à ce qu’un thème pour être passé en multilingue.  Cela veut en fait dire qu’il est structuré pour que vous le traduisiez dans une langue unique, utilisant les fichiers .po et .mo avec par exemple Poedit.  Il vous faut ajouter un plugin du style de Polylang qui vous permettra de :

  • Faire des équivalences et liens directes entre les pages (passage d’une page profonde à son équivalent dans les autres langues),
  • Gérer certains des widgets pour les doubler et traduire dans chaque langue,
  • Traduire les mini textes qui composent votre site (ex. « commentaire », « liste des résultats »…).

Là, vous rencontrerez aussi pas mal de petits soucis.  Certains des widgets ne seront pas I18N pour deux sous.  Vu la complexité, je reviendrai sur la force de Polylang mais aussi de ses faiblesses et limitations.  Certains d’entre vous remarquerons que je ne parle pas de WPML qui est passé payant aujourd’hui.  En sus, le coût n’est pas léger et je suis toujours surpris des prix pratiqués (79$ pour la première année, puis 39$ par année supplémentaire) pour un service à l’origine gratuit.  Je comprends que tous doivent vivre, surtout lorsque le succès force à recruter non plus des volontaires fans d’open source mais des employés.  Toutefois, cela est relativement prohibitifs pour la plupart de leurs anciens utilisateurs.

Et vous, avez-vous eu de sérieux problèmes pour lancer votre WordPress en multilingue?

15 Nov 2013

Google Analytics: comment exploiter l’outil « Langue »

Google analytics installé, des données exploitables déjà récoltées, vous pouvez maintenant analyser vos statistiques de visites.  Pour ce qui est de vos stratégies linguistiques, vous observerez avec intérêt la fonction Langue d’Analytics.

Les visites par langues

L’interprétation la plus directe reste le taux de visite par langue.  Vous y découvrez la langue du naviguateur de vos visiteurs (attention, cela n’est pas forcément la langue maternelle de l’internaute mais c’est généralement significatif de leur habitude de surf sur Internet).  Certaines langues sont définies simplement par un « fr » ou un « en », certaines seront composées, la deuxième mention précisant le sous-groupe linguistique.  Par exemple « fr-fr » concerne les français de France, « pt-br » le brésilien etc.  Cela peut vous être utile afin de définir le style de langue à employer.

Définir sa stratégie de langue grace à Analytics

 

Si vos services ou produits s’adressent à une cible internationale, sans restriction (ex. téléchargement d’un programme ne présentant pas les même limites d’une boutique en ligne livrant au national), vous pourrez rapidement regrouper les différentes statistiques par grandes familles de langue.  Vous pouvez toujours télécharger les données affichées de Google sous Excel pour les travailler.

Sinon, vous aurez intérêt à faire un recroisement avec la localisation pour exploiter plus en détail la finesse de chaque segment.

 

Croiser vos statistiques de Langue et Pays

Pour recouper les langues utilisées par vos visiteurs et leur localisation nationale, il vous suffira d’ajouter une variable secondaire Visiteurs > Pays/Territoire.

 

analytics croisement langue pays

Ainsi, vous pouvez conclure que vos visiteurs anglophones sont principalement américains.  Vous pourrez donc prévoir une version adapté pour l’anglais américain plutôt qu’à celui d’Angleterre ou d’Australie.

Vérifier le niveau de qualité des visites par langue

Le simple montant de visiteurs ne fera pas forcément de votre site un grand succès commercial.  Voici quelques points à observer durant l’étude de chaque famille Langue/Pays:

  • Nouvelles visites – Pourcentage d’internautes visitant pour la première fois votre site, il est utile pour adapter votre ergonomie.  Si le chiffre est élevé, vos premières pages d’entrées devront rester simples, claires et avec des choix restreints.
     Attention, votre but sera de trouver un bon équilibre pour votre activité.  Si vous souhaitez faire un maximum de vente unique (téléchargement du même software dont je vous parlais ci-dessous), vous devrez chercher à maximiser le taux de nouveaux visiteurs par des actions promotionnelles ou votre positionnement sur des mots clés populaires.  Si au contraire vous voulez que les internautes s’habituent à acheter dans votre boutique en ligne, c’est un pourcentage faible que vous viserez mais avec des taux de conversion répétée élevés,

analytics-visiteurs-uniques

  • Taux de rebond – Pourcentage de visiteurs quittant votre site dès la page d’arrivée.  Là, et à part de très rares cas où votre site ne donne qu’une information unique (« appelez nous de suite »?), il faudra se battre pour que ce taux reste le plus bas possible.  Si une combinaison Langue/Pays a un fort taux de rebond par rapport à votre moyenne générale, il faudra réfléchir à la raison de ces brusques sorties.  Ces visiteurs sont peut-être tout simplement déçus que vous n’offrez pas votre service dans leur langue.  Certains visiteurs n’aiment pas faire un effort de traduction ou sont tout simplement peu linguiste eux-même et ne se satisferont pas d’une traduction anglaise.  Cela peut valoir la peine de vérifier l’accessibilité de vos services sur le territoire en question et de lancer la langue dans la foulée.

analytics-taux-rebond

  • Page par visite –  Nombre moyen de pages qu’un internaute va visionner sur votre site.  Si une page unique, il est d’ailleurs comptabilisé dans le taux de rebond.  Si vous arrivez à cibler une langue, vous pourrez essayer de mieux comprendre quelles pages ont été la destination finale en recoupant les variables avec celles de Comportement > Contenu de site.  Ainsi, si les anglophones d’amérique ont tendance à cheminer vers la page la plus simple à comprendre (« contact »?) cela montre qu’ils sont intéressés mais n’arrivent que difficilement à naviguer sur votre site francophone et cherchent d’autres médias pour intéragir avec votre société.

nombre-pages-visite

  • Durée moyenne de la visite – statistique très interessante, cela représente généralement l’intérêt qu’à l’internaute moyen pour votre site.  Plus la durée s’allonge, plus il lit l’information disponible.  Recoupé avec les pages visitées, vous verrez le contenu qui les a intéressé.  Servez-vous en pour savoir quelles pages sont à traduire en priorité et à mettre en production immédiatement.  Cela ouvre toutefois un autre débat: devez-vous envisager une version identique entièrement traduite ou version restreinte et compacte de votre site pour vos nouvelles langues.  Nous y reviendrons.

temps-visite-site

  • Taux de conversion – Une des plus puissantes possibilité d’Analytics, provient de la  fonction d’Objectifs.  Elle vous permet de définir des conclusions d’actions cibles pour votre site.  Par exemple, vous vendez en ligne, il s’agira de la page de remerciement d’un achat ou de téléchargement de votre application, vous recrutez des abonnés, la page de confirmation d’enregistrement…  Après avoir défini vos différents objectifs (attention, ils sont souvent multiple et cela, quelque soit votre activité), vous pourrez analyser le cheminement des  internautes qui vont au bout de la démarche que vous avez mis en place.    Là, le croisement est clair avec les langues: des langues mineures qui convertissent malgré le fait que votre site ne soit pas disponible dans leur langue vous laisse à penser que les langues en question ont un fort potentiel.

Premières conclusions des analyses linguistiques de vos visites

Nous approfondirons bientôt l’utilisation d’Analytics pour vos réflexions de langue.   Toutefois, vous devriez déjà pouvoir observer le comportement des visiteurs parlant des langues différentes que celles proposées par vos sites et en déduire trois scénarios:

  1. Aucun intérêt – les taux de visite sont faibles, la qualité des visites basses (taux de rebond, temps…), votre approche marketing et logistique difficile.  Abandonnez de suite la traduction de vos pages dans ces langues,
  2. Potentiel mitigé – vos taux de visites sont faibles mais la qualité laisse à croire qu’une traduction de vos pages et services susciteront de bons taux de conversion.  Calculez votre retour sur investissement et foncez selon sa fiabilité,
  3. Potentiel confirmé – vos taux de visites sont déjà honorables, la qualité confirmée par un taux de conversion supérieure à votre moyenne générale.  N’hésitez plus, le coût de traduction et de gestion sera largement couvert par une explosion de l’exposition dans les résultats de moteurs de recherche et du taux de conversion.
08 Nov 2013

Utiliser Google Analytics pour ses stratégies internationales

Google Analytics est très probablement l’outil d’audience de votre site, c’est en tout cas l’outil le plus répandu sur le Web pour suivre le trafic de pages Web.  Si vous ne l’avez pas encore, je vous le conseille fortement car il est gratuit et complet.  Il peut venir en complément de vos autres outils car facile à ajouter.

Si vous ne savez pas l’installer, vous trouverez la démarche sur le support Google.  Attention, les données ne seront pas rétroactives et vous devrez patienter quelques semaines avant de pouvoir en exploiter les données.

Analytics comme outil de décision

outils stratégie international AnalyticsIl y a d’innombrables données exploitables dans Analytics.  C’est en creusant qu’on développe une expertise de ses outils et pouvons en tirer des conclusions pertinentes.  Plus vous fouillerez, recroiserez les statistiques, plus vous serez capables d’avoir une analyse complète et d’en déduire un plan d’action.

Pour le SEO international, vous utiliserez particulièrement les menus d' »Audience » « Langue » et « Origine géographique ».  Comme nous allons le voir, ils fournissent de sérieuses pistes de développement pour vos langues et pour vos expansions commerciales ou de visibilité.

Nous l’avons déjà exposé, il est parfois plus facile d’ouvrir de nouveaux horizons que de gagner des positions sur des mots clés très compétitifs.

Aujourd’hui, nous nous concentrerons sur l’analyse de données pour cibler quelles langues implanter pour vos sites Web.

Avant de passer à une explication plus poussée, je vous conseille, après installation, de:

– Supprimer votre IP des visites,

– Etablir des objectifs de conversion (les différentes pages qui constituent le but ultime de votre site, un achat, un téléchargement ou encore un enregistrement à vos newsletters),

– Créer différents comptes ciblés par langue.

 

Vous êtes maintenant prêts à analyser vos langues de visite.

 

 

28 Juin 2013

Les sous-domaines et dossiers, quelle solution pour le référencement en plusieurs langues?

Suite à un commentaire d’Alain sur mon article « Construire son site multilingue pour un référencement optimal », je reviens sur la décision d’une structure linguistique par sous-domaine versus fichiers de langues.  En effet, devant un (nouvel) abus des référenceurs qui créaient de nombreux sous-domaines afin de multiplier leurs positions sur des mots clés similaires et ainsi « occuper » la place dans les résultats (oui, si votre site apparaît par grappes de 3/4 résultats, vous avez des chances de monopoliser les clics), Google a réagi.

Pour rappel, il s’agit de savoir si vous devez structurer votre site selon les langues sous la forme:

  • Sous-domaine: www.fr.monsite.com
  • Dossier: www.monsite.com/fr

Précédemment, Google considérait tout sous-domaine comme un site à part entière.  Cela signifiait des liens externes entre vos différents sous-domaines, des efforts de S.E.O. importants mais qui vous permettaient de doubler des thématiques et de créer des synergies de maillage de liens.

Question sur la structure par sous-domaines versus dossiers

 

 

Google ne différencierait donc plus les sous-domaines et les dossiers

Matt Cutts, le visage de la lutte antispam chez Google, a expliqué en octobre 2012 que le choix entre un type de structure et l’autre n’est plus vital aujourd’hui.

La question qui lui était posée était: « Je serai intéressé de savoir comment Google voit les sous-domaines, s’il y a une différence entre un site structuré en groupe de sous-domaines et un autre en un groupe de dossiers » (traduite par mes soins).

Il précise que les structures sont grosso-modo équivalentes et qu’il vaut mieux donc faire ce choix sur des critères techniques, ce qui est plus facile pour vous à gérer selon votre fournisseur de noms de domaine, d’hébergeur et de CMS (« Content Management System », votre gestionnaire de contenu tel que WordPress).

Vous pouvez voir ci-dessous la vidéo en anglais où Matt Cutts explique ce choix (en changeant les sous-titres, vous aurez la transcription française).

 

Mais alors, comment Google peut gérer des blogs sous-domaines?

Il est clair qu’aujourd’hui, n’importe quel référenceur vous conseillera de ne pas créer de blogs ou de sites sans acheter un nom de domaine propre.  En effet, si vous optez pour une solution WordPress ou Over-blog, votre site risque fortement de s’appeller http://monsuperblogperso.over-blog.com ou http://monpetitsitevitrine.wordpress.com.  Toutefois, tout le monde n’est pas prêt à le faire et il existe des millions de site rattachés au nom de domaine de ces CMS par un sous-domaine.

Je pense que la subtilité transpire justement de la vidéo de Matt Cutts. Encore une fois, il pousse sur une solution qui « vous arrange le plus », utilisateur, car ils doivent être encore embêtés à considérer des sous-domaines comme faisant parti d’un seul « host ». Cela voudrait dire faire une compétition énorme entre tous ces sites sous-domaines, pénalisant alors certainement les plus récents ou les moins optimisés.

Je ne doute pas que Google est capable de faire une différence entre les deux mais qu’il ne peut l’expliquer clairement. Reste alors le passage du jus de confiance et popularité des liens qui doivent certainement être traités encore différemment selon que l’architecture du site se base sur des sous-domaines ou sur des dossiers.

Que dois-je choisir pour mes versions de langues?

Là, c’est certain qu’une certaine logique technique peut s’appliquer: qu’est ce qui est plus simple pour vous?

Je conseillerai toutefois quand même de gérer les langues par sous-domaines (si ce n’est pas nom de domaine) et pour la raison simple qu’avec cette solution, le contenu est tout à fait différent d’une version à l’autre. La perte de Trustrank ne sera que minime sur la thématique. Vous aurez certainement de meilleurs réflexes sur le code HMTL (Hreflang) et une séparation peut-être même d’hébergeur (cela influence toujours les résultats par localisation) qu’avec une solution par dossiers.

J’ai encore récemment eu le cas sur le projet d’un client qui n’a pas bien différencié sa version anglaise, mélangeant toute une partie du design français et ayant oublié de préciser le code de langue HTML. Autant vous dire que sa version anglaise était invisible dans les moteurs de recherche.

Et vous, qu’en pensez vous?

24 Mai 2013
Stratégie de langues en SEO: contourner les difficultés

Stratégies en SEO: les langues comme contournement

Si l’on veut appuyer sur la différence entre le Webmarketing et le réfèrencement, c’est certainement l’idée de « stratégie » qui ressort comme étant la limite entre les deux.

  • En référencement, vous parlez d’analyses pratiques (étude simple des visites et des mots clés) et de réalisation (optimisation du contenu et dynamisation du netlinking):  c’est une approche tactique.
  • En Webmarketing, vous prenez de la hauteur et réfléchissez à votre développement sur le plus long terme:  c’est une approche stratégique.Stratégies en webmarketing international

En stratégie, vous analysez votre environnement et vos forces pour prendre des décisions sur la direction à prendre avec des échéances plus lointaines.  C’est la fameuse analyse « SWOT » dont les écoles de commerce raffolent.

Parlons donc un peu de stratégies Webmarketing en incluant la dimension internationale et le problème des langues qui vient avec.

Schéma explicatif des stratégies de SEO multilingue

En essayant de synthétiser l’idée de stratégie frontale versus une stratégie de contournement, j’ai voulu intégrer la possibilité d’utiliser les langues pour vous ouvrir une nouvelle audience pour vos sites Web.  Voici un schéma illustrant les possibilités qu’offrent la combinaison des deux.

Stratégies de contournement en référencement linguistique

 Source: Balyst©2013 – voir la version haute qualité du schéma des stratégies de référencement multilingue

Stratégies de thématiques et mots-clés

Commençons par le concept le plus connu en référencement, l’étude des thématiques et mots clés.  Là, vous:

  1. Analysez votre activité, trouvez vos mots clés,
  2. Déterminez la compétition sur chacun d’autres eux,
  3. Vous décidez d’attaquer des mots clés populaires de front pour vos principales pages (ce que vous considérerez comme étant votre tête de traîne cible),
  4. Créez du contenu sur de nombreuses expressions diverses pour étendre votre auditoire (vous travaillez alors votre longue traîne).

Rien de nouveau, vous le faites plus ou moins activement, parfois en vous reprochant de ne pas être aussi structuré que vous le devrez.  Et c’est pas plus mal! Surtout si cela vous donne du temps pour rédiger plus de contenu.

Choix de mots clés: attaquer de front ou par les flancs

C’est aussi déjà une stratégie de contournement que vous opérez sans vraiment le savoir.

  • Tentez de battre Wikipedia, Amazon et des sites gouvernementaux qui se placent mieux sur votre principal mot clé et vous finirez, frustré, par tenter du Black hat SEO qui vous projettera dans les abîmes de la seconde page de résultat.
  • Maintenant, créez des sujets passionnants, précis mais sur des sujets que vous connaissez bien et vous attirerez peu de lecteurs, mais réellement intéressés et qui s’abonneront avec grace à votre newsletter, achèteront vos conseils et vous feront de la pub autour d’eux.

Donc, en référencement traditionnel, le bon sens peut travailler pour vous: soyez clair dans ce que vous abordez et parlez en.  C’est de plus en plus vrai aujourd’hui (on nous le rabâche avec le diction anglais « content is king », le contenu est roi).

 

Stratégies de langues et géolocalisation

Par contre, là où votre marketing Internet peut ouvrir ses horizons, ce sont les langues que vous ne couvrez pas, ces hordes de visiteurs qui seront tout aussi intéressés par vos thématiques si elles sont disponibles dans leur langue.  Là, bonne nouvelle, c’est souvent moins cher et plus efficace de faire traduire votre contenu dans d’autres langues que d’en créer continuellement du nouveau.  Il y a de nombreux moyens de trouver des freelances qui s’en chargeront.  J’y reviendrai.

Stratégie de langues en SEO: contourner les difficultés

Là encore, vous aurez à bien choisir les marchés qui sont pour vous profitables, ceux que vous pouvez aussi intéresser et fournir (oui, restons honnête, il faut bien vérifier comment s’exporte votre service ou produit et si c’est légal).  Dans cette réflexion, vous aurez aussi à évaluer la compétition.  Ainsi, vous attaquer à l’anglais semble si naturel à tous que beaucoup viennent se noyer dans le Web anglophone, sans jamais avoir de retour.  Juste à coté, vous avez l’espagnol, l’allemand, l’italien et des dizaines de langues plus secondaires qui elles, peuvent facilement être ‘attaquées’.

Trouvez donc un marché à votre taille et lancez-vous.  C’est cette même idée de contournement: je sature sur mon marché, me bats péniblement contre les derniers géants qui occupent le terrain, celui au dessus de la ligne de flottaison de la première page de résultats sur la plupart de vos mots clés.  Autant reproduire ce que j’ai déjà développé sans trop d’efforts, sur de plus petits marchés où j’arriverai à me poser dans le triangle d’or, les 3 premières positions.

12 Avr 2013

Nouveau code langue pour les sites multilingues supporté par Google

Google vient d’annoncer par l’intermédiaire de son Blog Webmaster Central qu’une nouvelle pratique acceptée par Google (et Yandex, c’est sympa de leur part de préciser) peut aider les pages internationales à préciser quelle version géolocalisée du site il faut afficher.

Ce code:  « rel-alternate-hreflang » est donc une annotation qui selon la localisation va afficher la version optimisée du site pour un plus grand confort de l’utilisateur local.  Ainsi, si vous poussez l’optimisation de votre site pour vos sites cibles québecoise, française, suisse romande ou belge, vous pourrez ajouter la mention dans le code HTML de chaque version à qui vous vous adressez.  Cela peut-être intéressant pour y montrer rapidement que vous êtes présents sur le marché, y donner les bonnes coordonnées de vos filiales ou distributeurs…

L’exemple de Google adaptée à une cible francophone mondiale:

  • http://example.com/fr-fr : pour les français de France,
  • http://example.com/fr-qc: pour nos cousins du Québec,
  • http://example.com/fr-be: pour nos voisins belges,
  • http://example.com/: pour le reste du monde, la version par défaut

 

Exemple de Google pour les pages d'entrées multilocalisation

Source: Google Webmaster Central Blog

Vous pourrez trouver l’ensemble du détail du code dans les Outils pour webmasters de Google: rel= »alternate » hreflang= »x »

Vous pouvez donc utiliser les sitemaps pour préciser la version ou directement le tag HTML « hreflang= »xx-xx » ce qui donnera dans mon exemple précédent:

  • <link rel= »alternate » href= »http://example.com/fr-fr » hreflang= »fr-fr » />
  • <link rel= »alternate » href= »http://example.com/fr-qc » hreflang= »fr-qc » />
  • <link rel= »alternate » href= »http://example.com/fr-be » hreflang= »fr-be » />
  • <link rel= »alternate » href= »http://example.com/ » hreflang= »x-default » />

Bien évidemment, réfléchissez bien à votre stratégie de relations canonical pour éviter les doublons de page.

 

09 Avr 2013

Schéma des stratégies de référencement en plusieurs langues

Stratégies de contournement en référencement linguistique

Le schéma ci-dessus présente une approche de multiplication des portes d’entrées vers votre site grâce à la multiplication de traductions.  Tout comme il est possible d’éviter la concurrence en visant des mots clés moins compétitifs: « nous sommes tous la queue de longue traîne de quelqu’un », il est possible d’éviter une certaine concurrence en cherchant des langues où la compétition est moins forte.

Explication du schéma

  • Partie de droite: stratégie standard et acceptée en référencement. Vous pouvez trouver un équilibre entre multilplication de contenu pour rejoindre des mots clés moins compétitifs, dits de longue traîne et politique agressive sur mots clés à forte concurrence où la position dans les résultats importe beaucoup.
  • Partie de gauche: stratégie linguistique du référencement. Vous multilpliez les langues secondaires sur des marchés que vous pouvez intéressés (et proposer vos services ou produits) et évitez la confrontation frontale sur des langues où la concurrence est nombreuse (tel que l’anglais universel).

Légende

  • SERPs: pages de résultats des moteurs de recherche,
  • « P »: pages de contenu,
  • Pages profondes: pages secondaires de votre site, généralement plus spécifiques et nombreuses que vos principaux menus,
  • Longue traîne:  mots clés complexes à faible montant de recherche mais dont la somme représente 80% des recherches dans les moteurs,
  • Indexation: nombre de pages de votre connues par les moteurs de recherches.
08 Avr 2013

Sites multilingues: problème de la langue des pages

Une erreur récurrente que les programmeurs font, lorsqu’ils développent un site multilingue, est de laisser le code de la langue d’origine au dessus de la balise Head des nouvelles pages.  Ainsi, on se retrouve avec un beau site qui donne malheureusement une information erronée sur la langue utilisée.  Pour les visiteurs, c’est invisible et s’ils ont trouvé la page, c’est généralement qu’ils comprennent ce qui y est écrit.  Cela crée toutefois une confusion pour les moteurs de recherche qui, dans le doute, risquent de pénaliser les pages en question.Intégrer le code HMTL de langues pour votre SEO

Il est difficile d’évaluer les handicapes qu’ils appliquent pour ce type d’erreur mais couplé avec un site multilingue ayant opté pour une mauvaise structure, on peut penser que le Trustrank est largement réduit pour les pages en question et certainement pour l’ensemble du site si ces erreurs se repétent systematiquement.

Code pour indiquer la langue d’une page

Voici le code HMTL a intégrer juste avant la balise <head> de vos pages:

  • pour du HTML standard: <html lang= »en »>…</html>
  • pour du xHTML: <html xmlns= »http://www.w3.org/1999/xhtml » lang= »en » xml:lang= »en »>…</html>

Il est bon de savoir que Google et les moteurs un peu plus évolués devinent la langue de vos pages.  Ca n’est donc pas toujours nécessaire d’ajouter ces codes.  Toutefois, un site propre aura interet a le préciser de maniere automatique et de ne pas oublier de preciser les bonnes langues selon les versions linguistiques.

Liste des langues

Vous trouverez sur Wikipedia une list complete des codes de langue pour votre construction de pages en differentes langues: ISO 639-1 Language Codes. Bien évidemment, il est parfois difficile de ne pas mettre intégrer des textes en d’autres langues dans vos contenus. Le même code peut être alors appliqué à une partie de la page. Il est important de bien indiquer dès que vous ajoutez des textes conséquents.

22 Mar 2013

Les moteurs de recherches tchèques

Toujours dans la série d’une approche de référencement très ciblée pour un marché de niche, nous continuons l’exemple du Web tchèque.  Ce dernier est en effet relativement atypique avec Google et le moteur Seznam.cz se partageant une grosse part du monde des recherches Internet.  Avec quasiment 50% des parts chacun, le combat vient de s’égaliser entre les deux principaux acteurs du marché.

Bataille des moteurs de recherche

Des petits moteurs tchèques qui perdent de la vitesse

Depuis l’explosion du Web tchèque dont je parlais à l’occasion d’un article sur le e-commerce tchèque, quelques moteurs s’étaient battus pour gagner la confiance des internautes.  C’est Seznam qui s’était imposé avec 67% des recherches il y a moins d’un an.  Voici un historique des acteurs locaux:

Atlas.cz crée en 1997 avait bénéficié d’un partenariat avec Microsoft mais comme on le sait pour ce qui est des navigateurs comme des moteurs de recherche, ca n’est pas le meilleur allié pour survivre sur le long terme.  En 2008, Atlas a été intégré à un autre portail, Centrum.

Atlas, ancien moteur racheté par Centrum

Centrum.cz est un portail généraliste crée en 2000 ayant connu dans un premier temps une belle croissance.  Lui aussi a tenté un rapprochement avec des outils Web tels que Skype qui devait lui assurer un futur prospère.   C’est toutefois l’acquisition de Stahuj.cz, une plateforme de téléchargement de drivers et autres logiciels qui permet véritablement à Centrum de subsister aujourd’hui à travers des services transversaux… et de sortir du combat des moteurs de recherche en abondonnant son moteur de recherche Internet à Google.

Centrum.cz portail Internet tchèque

Jyxo.cz était un moteur particulièrement adapté aux recherches en diacritiques tchèques et qui permettait une recherche efficace dans les documents PDF, Word et autre en langue tchèque.  Le moteur est mort toutefois sans éclat ni grand rachat.  La société existe toujours mais a visiblement revendu une partie de sa technologie à Seznam.

Moteur de recherche textuel

Morfeo.cz était aussi un moteur en « fulltext » utilisant la technologie open source de Sherlock Holmes.  Sans recherche graphique, le moteur était particulièrement adapté à des recherches purement textuel.  En 2011, le moteur est mort et à été renvoyé vers Centrum.cz.

Morféo, un autre moteur de recherche défunt

 

 

La recherche Web tchèque après la bataille

Aujourd’hui, il ne reste donc plus que les gros moteurs internationaux et le géant local Seznam qui se partagent les recherches du Web tchèque.    J’étais jusqu’ici heureux de pouvoir citer la Tchéquie comme un des pays où un moteur local était encore leader.  Cela n’est plus vrai aujourd’hui…

A fin septembre 2009, Seznam avait environ  54% contre 33% pour Google, 2.5% pour .  Début 2011, Google dépassait Seznam avec 51% des recherches.  Centrum continue d’attirer dans les 6% des recherches incluant Atlas.  Bing n’a qu’une part infime du marché.

Note: Attention, tous ces chiffres ne sont pas toujours bien évalués en République Tchèque et manquent de mise à jour.

Une conclusion toutefois, si vous voulez référencer votre site en tchèque, il vous faudra optimiser vos efforts sur Seznam dont l’algorithme est bien différent de celui de Google.  J’y reviendrai.

Ah, dernière petite anecdote.  J’ai rencontré Google République Tchèque et leur ai posé la question de leur ambition face à Seznam.  Avec une belle retenue, on m’a répondu que Google ne voulait en aucun cas s’attaquer à Seznam, ce géant de 800 employés alors que Google République Tchèque n’emploie que 30 personnes.   Cela explique mal les moyens publicitaires que le géant de Mountainview a mis en place pour s’implanter: spots télé, affiches et billboards…  J’aimerai poser la même question aux gérants de Seznam…

Portail Seznam, le petit chien survivra-t'il au quadricolor de Google