Fin 2014, l’annonce de cette initiative inédite avait braqué le feux des projecteurs sur ce petit pays de la région Baltique : l’Estonie devenait le premier pays au monde à offrir à tous la possibilité de devenir e-résident et de profiter des services digitaux liés au programme. Parmi eux, la possibilité de créer son entreprise plus facilement en Estonie, mais également l’opportunité d’utiliser un système sécurisé de signature et d’authentification digitale.

Plus d’un an après cette annonce, où en est aujourd’hui ce programme novateur ?

La E-résidence, un concept qui intrigue

Le projet, malgré ses avantages et fonctionnalités encore limitées, n’a pas mis longtemps à intriguer et à plaire dans le monde entier. En Octobre 2015, on comptabilisait déjà 6000 demandes de e-résidence provenant de 118 pays à travers le monde. Des inscriptions motivées par la possibilité d’utiliser les services sécurisés proposés par le gouvernement estonien, mais surtout par une certaine curiosité vis-à-vis de ce programme inédit, et un souhait de faire partie des premiers « e-citoyens » de l’histoire, comme un symbole.

Un concept qui continue de se développer

Bien que l’engouement médiatique autour de la E-résidence se soit quelque peu atténué depuis plusieurs mois, les avancées du programme continuent de se développer, et le gouvernement estonien entend bien utiliser au mieux les nouvelles technologies pour améliorer son projet, actuellement en version bêta. Récemment, le pays a annoncé une série de partenariats mettant en avant l’utilisation de la technologie Blockchain, annoncée comme révolutionnaire pour notre société.

Cette collaboration avec Bitnation, une plateforme collaborative pour l’auto gouvernance, offre en particulier aux e-résidents la possibilité de notariser les documents de leurs choix en ligne – certificats de naissances, contrats de mariage, contrats entre entreprises – via la technologie Blockchain, et ainsi en assurer une sécurité et une authenticité maximale. 

Si l’idée séduit, elle donne aussi des idées à d’éventuels concurrents pour l’état balte. La startup américaine Stripe, a annoncé en février le lancement d’Atlas, un service similaire offrant notamment la possibilité d’ouvrir un compte bancaire aux Etats-Unis de manière simplifiée. 

Le concept de e-résidence proposé par l’Estonie continue donc son développement, et les nouvelles fonctionnalités proposées, possibles grâce à la technologie Blockchain, devraient encourager de nombreuses personnes à participer au programme et devenir e-citoyens. Le gouvernement estonien a d’ores et déjà augmenté le coût d’inscription au programme afin de faire face aux frais liés à une forte demande de e-citoyenneté. 

Et vous, avez-vous déjà fait votre demande pour devenir e-résident ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *