WordPress, comment choisir un thème internationalisé


WordPress, comment choisir un thème internationalisé

Ayant récemment participé à la création d’un site d’actualités pour la Chambre de commerce franco-tchèque, nous avons été confronté à un difficile choix.  Quel thème WordPress choisir pour un site multilingue en tchèque et en français?

internationalisation-wordpressC’est toujours une tâche difficile que de contenter tout le monde pour la sélection d’un design de blog WordPress.  Tout d’abord, il y a la stratégie générale qui comporte une étude des attentes des visiteurs.  Il faut, à partir de previews, opter pour un style générale, des feuilles de CSS souples et lisibles, structurer en avance les menus, se projeter dans l’ergonomie de lecture et l’expérience utilisateur.

Ensuite, il faut contenter le client qui voudra naturellement de nombreuses fonctions faciles à implanter grâce à la multitude de widgets disponibles sur WordPress mais pas toujours adaptables à des concepts arrêtés.  En effet, jouer dans le code de ses widgets s’avèrent consommateur de temps mais aussi dangereux pour la stabilité du système ou la pérennité du site entier.  Tout comme vous, nous avons perdu de nombreuses fois nos adaptations dans une mise à jour.

 

Thèmes WordPress internationalisé

Voila, vous êtes toutefois arriver à un compromis général et avez sélectionné un thème.  Là, surprise, malgré le fait que le designeur du dit thème assure qu’il a bien internationalisé son produit, vous n’arrivez pas à gérer les langues. Tout d’abord, la gestion des fichiers .mo et .po n’est pas claire.  Vous arrivez à trouver le doc général mais votre widget multilingue place les traductions ailleurs sur votre FTP.  Vous devez alors faire un choix: optimiser une version bilingue car il ne s’agit finalement que de petits textes épars (les catégories, articles passent très bien d’une langue à l’autre).

 

Qu’est l’internationalisation I18N?

Vous devinez donc que l’internationalisation du thème n’a pas été optimisée.  Vous cherchez et trouvez le terme laconique et obscure de I18N.   Est-ce que le design a bien été adapté au format I18N? Mouaif,  vous découvrez que cela veut dire I + 18 lettres et N qui composent le mot « internationalisation ».  Ok, on apprend tous les jours.  C’est donc le procédé requis pour prévoir et implémenter un software ou solution programmée pour facilement l’adapter à différents languages pour une meilleure géolocalisation.  En gros, cela permet de rapidement traduire un texte avec des conditions telles que:

  • accepter les caractères internationaux Unicode (un standard universel qui promeut son ISO / IEC 10646),
  • mettre des espaces supplémentaires pour que d’autres langues tiennent dans vos graphismes, textes, titres (ex. faites une traduction de site d’anglais vers l’allemand et vous comprendrez immédiatement de quoi je parle),
  • faciliter d’ailleurs le graphisme général pour éviter des coûts importants d’infographiste.

cest-beau-internationalisation

Widget multilingue pour WordPress

Vous vous rendez alors compte qu’être I18N ne suffit pas à ce qu’un thème pour être passé en multilingue.  Cela veut en fait dire qu’il est structuré pour que vous le traduisiez dans une langue unique, utilisant les fichiers .po et .mo avec par exemple Poedit.  Il vous faut ajouter un plugin du style de Polylang qui vous permettra de :

  • Faire des équivalences et liens directes entre les pages (passage d’une page profonde à son équivalent dans les autres langues),
  • Gérer certains des widgets pour les doubler et traduire dans chaque langue,
  • Traduire les mini textes qui composent votre site (ex. « commentaire », « liste des résultats »…).

Là, vous rencontrerez aussi pas mal de petits soucis.  Certains des widgets ne seront pas I18N pour deux sous.  Vu la complexité, je reviendrai sur la force de Polylang mais aussi de ses faiblesses et limitations.  Certains d’entre vous remarquerons que je ne parle pas de WPML qui est passé payant aujourd’hui.  En sus, le coût n’est pas léger et je suis toujours surpris des prix pratiqués (79$ pour la première année, puis 39$ par année supplémentaire) pour un service à l’origine gratuit.  Je comprends que tous doivent vivre, surtout lorsque le succès force à recruter non plus des volontaires fans d’open source mais des employés.  Toutefois, cela est relativement prohibitifs pour la plupart de leurs anciens utilisateurs.

Et vous, avez-vous eu de sérieux problèmes pour lancer votre WordPress en multilingue?

Thomas
Je m'appelle Thomas Bordier et travaille dans le Marketing Web depuis plus de 12 ans avec comme principale activité, la gestion des places de marché Exapro. Spécialisé en Webmarketing et en référencement Internet, je propose mes services de consultant à plusieurs partenaires privilégiés.

Write a Comment