Alors que les banques font actuellement face à la montée en puissance des start-ups de la FinTech, ils pourraient rapidement voir apparaitre de nombreux concurrents. Et pas n’importe lesquels : les géants du web comme Facebook, Google et Amazon pourraient investir le marché des services financiers et devenir les banques du futur.

C’est en tout cas ce que souhaitent de nombreux consommateurs européens, selon une récente étude menée par Fujitsi. D’après les chiffres récoltés, 20% des interrogés seraient prêts à utiliser les services de banque ou d’assurance de Facebook, Google ou Amazon si ceux-ci étaient disponibles.

Si Google, Facebook et les autres géants du web sont souvent la cible de critiques liées à la confidentialité et la protection des données personnelles, une partie conséquente des consommateurs semble prête à leur accorder leur confiance sur un sujet pourtant critique : les informations bancaires.

B pour Google Banking ?

Alors que Google est récemment officiellement devenu Alphabet Inc., il pourrait bien dédier sa lettre B à des services bancaires afin de répondre aux besoins des consommateurs.

Bien que la firme californienne n’ait pas clairement exprimé une stratégie pour intégrer ce nouveau marché, sa tendance à se trouver constamment à la pointe de la technologie est l’élément le plus attractif pour des consommateurs qui recherchent toujours de nouvelles fonctionnalités à utiliser dans leurs vies quotidiennes. 37% d’entre eux pourraient quitter leur banque actuelle si celle-ci ne s’adapte pas aux nouvelles technologies bancaires, comme les méthodes de paiement les plus récentes.

Mais face aux régulations nécessaires pour mettre en place des services financiers et autres contraintes, la possibilité d’assister à l’ouverture d’une Banque Facebook dans les années à venir est improbable.

Au contraire, ces firmes technologiques pourraient se positionner sur le marché des transactions financières plus limitées, basées par exemple sur le développement des technologies NFC (Near Field Communication).

Que ce soit Facebook, Google ou Amazon, tous ont déjà mis un pied dans le domaine de la finance, de près ou de loin. Avec Android Pay, Google s’est déjà positionné sur le paiement sans contact par smartphone, alors que Amazon offre déjà un service de crédit bancaire à certains vendeurs sur sa plateforme.

Quel intérêt pour Google, Facebook & co ?

Si ces géants du web pourraient envisager de faire leur place d’une manière ou d’une autre sur le marché financier, ce n’est pas pour faire de l’ombre aux acteurs traditionnels de la finance.

Mais qui dit paiements et transactions bancaires dit données. Ces données qui sont véritablement l’or digital des grandes entreprises technologiques. Alors que Google et Facebook récoltent de plus en plus d’informations sur leurs utilisateurs, les données générées par les activités bancaires représentent un attrait non-négligeable pour mieux connaitre les utilisateurs.

Quelque soit la future stratégie des géants du web, cette étude et les chiffres qui en découlent montrent une nouvelle fois l’importance pour les banques de s’adapter rapidement aux évolutions technologiques, afin de répondre aux besoins de leurs clients de plus en plus connectés. Au risque de laisser la place aux banques du futur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *