Construire son site multilingue pour un référencement optimal

S.E.O. choisir les sous domaines

Construire son site multilingue pour un référencement optimal

Je parlais récemment des choix de noms de domaine.  Il y a une question sous-jacente à cette problématique:  comment dois-je optimiser la structure de mon site pour le référencement?

Cette question est en fait utile uniquement si vous n’avez pas déjà un site construit.  Si c’est le cas, vous n’avez plus le choix et devrez faire avec.

En gros, il y a plusieurs options:

  1. Bordélique (ex. www.votresite.com/articleenfrancais +www.votresite.com/articleinenglish)
  2. Fichiers (ex. www.votresite.com/fr/article +www.votresite.com/en/article)
  3. Sous-domaines (ex. www.fr.votresite.com + www.en.votresite.com)
  4. Nom de domaines séparés (www.votresite.fr + www.votresite.com)

Bordélique: l’auberge espagnole qui marche mal en référencement

Définitivement déconseillé,  c’est une structure mélangeant des pages dans diverses langues.  Ca marche très mal pour les visiteurs comme pour les moteurs qui aiment analyser des pages claires.  C’est donc le meilleur moyen d’être mal référencé.   Toutefois, certains petits sites qui veulent juste proposer une rapide présentation de leur activité à des clients étrangers qui ne tomberaient pas sur le site par hasard.

Si vous optez par dépit pour cette solution, utilisez absolument les balises <html lang= »fr »> pour déclarer la langue de chaque page.

 

Fichiers: la pieuvre du référencement

C’est déjà beaucoup plus propre.  Là, nous avons une approche où le moteur pourra analyser les pages, comprendre que la racine « /langue/ » dans l’URL lui indique un changement de version.  Cela reste une approche un peu simple pour les moteurs et qui risquent de multiplier les pages d’un site sans forcément apporter de synergies entre sites.  La balise html lang aidera aussi à bien déterminer les différentes sections du site.

 Structure de sites multilingue par dossiers

Sous-domaines: l’hydre à cent tête

Là, pour les moteurs, chaque sous-domaine est un site à part entière.  Les liens de l’un à l’autre sont considérés comme externes.  Attention, les efforts de référencement sont alors à effectuer pour chacun des noms de domaine.  C’est depuis le gestionnaire de votre nom de domaine que vous pouvez créer ces sous-domaines.  Attention, tout comme un site normal, une fois structuré et référencé, il ne faut pas en changer (ou au pire bien organiser ses redirections définitives 301).

S.E.O. choisir les sous domaines

 

Noms de domaine distincts: la force d’un réseau

Là, chaque site est indépendant et préservera même des pénalités éventuelles placées sur une langue.  Tout comme la solution des sous-domaines, il est important d’avoir une stratégie de référencement pour chacune des langues.  C’est une des grandes difficultés du eMarketing international: la multiplication des efforts.  Soyez toutefois rassurés, chaque version supportera les autres de manière positive.  Bien évidemment, les champs sémantiques ne correspondent pas mais si vous faites des liens clairs d’une version à l’autre, le jus passera rapidement.

 

 

 

 

 

 

 

Thomas
Je m'appelle Thomas Bordier et travaille dans le Marketing Web depuis plus de 18 ans avec comme principale activité, la gestion des places de marché Exapro. Spécialisé en Webmarketing et en référencement Internet, je propose mes services de consultant à plusieurs partenaires privilégiés.

2 comments

  1. Êtes vous sur de cela?

    J ai pu lire que Google ne considérait plus les sous domaine comme des sites à part entière mais parti intégrante de la racine principale….

    Répondre
    1. Merci Alain et désolé du petit délai de réponse.

      Tu as en effet raison, la situation est en train de changer. Matt Cutts (le gourou de la lutte contre le spam SEO chez Google) a annoncé que Google considère maintenant les sous-domaines hebergés sur le même serveur comme étant une extension similaire à un fichier. Les liens deviendraient donc partiellement des liens internes.

      « Partiellement » car il y a encore de grosses différences avec une page du nom de domaine principal. Comme beaucoup de moteurs de blogs utilisent des sous-domaines pour les blogs de leurs utilisateurs (ex. over-blog ou wordpress) et Google ne peut donc pas créer une matrice de liens internes aussi énorme.

      La question demeure encore une zone grise. Il semblerait que le jus de popularité (Trustrank) n’est pas tout à fait passé vers les sous-domaines.

      Je traduirai l’annonce de Matt Cutts donc comme une transition vers un système hybride qui évite de bien positionner les différents sous-domaines d’un site pour les même requêtes.

      J’espère que cela fera un peu de sens. Les voies de Google restant décidemment impénétrables et limitées par la volonté de combattre le spam dans un contexte technique compliqué.

      Ma recommandation serait donc de créer des sous-domaines pour des thématiques bien séparées ou pour de nouvelles langues. Dans ce dernier cas, la compétition interne bridée ne devrait pas avoir lieue.

      Répondre

Write a Comment