Les sous-domaines et dossiers, quelle solution pour le référencement en plusieurs langues?


Les sous-domaines et dossiers, quelle solution pour le référencement en plusieurs langues?

Suite à un commentaire d’Alain sur mon article « Construire son site multilingue pour un référencement optimal », je reviens sur la décision d’une structure linguistique par sous-domaine versus fichiers de langues.  En effet, devant un (nouvel) abus des référenceurs qui créaient de nombreux sous-domaines afin de multiplier leurs positions sur des mots clés similaires et ainsi « occuper » la place dans les résultats (oui, si votre site apparaît par grappes de 3/4 résultats, vous avez des chances de monopoliser les clics), Google a réagi.

Pour rappel, il s’agit de savoir si vous devez structurer votre site selon les langues sous la forme:

  • Sous-domaine: www.fr.monsite.com
  • Dossier: www.monsite.com/fr

Précédemment, Google considérait tout sous-domaine comme un site à part entière.  Cela signifiait des liens externes entre vos différents sous-domaines, des efforts de S.E.O. importants mais qui vous permettaient de doubler des thématiques et de créer des synergies de maillage de liens.

Question sur la structure par sous-domaines versus dossiers

 

 

Google ne différencierait donc plus les sous-domaines et les dossiers

Matt Cutts, le visage de la lutte antispam chez Google, a expliqué en octobre 2012 que le choix entre un type de structure et l’autre n’est plus vital aujourd’hui.

La question qui lui était posée était: « Je serai intéressé de savoir comment Google voit les sous-domaines, s’il y a une différence entre un site structuré en groupe de sous-domaines et un autre en un groupe de dossiers » (traduite par mes soins).

Il précise que les structures sont grosso-modo équivalentes et qu’il vaut mieux donc faire ce choix sur des critères techniques, ce qui est plus facile pour vous à gérer selon votre fournisseur de noms de domaine, d’hébergeur et de CMS (« Content Management System », votre gestionnaire de contenu tel que WordPress).

Vous pouvez voir ci-dessous la vidéo en anglais où Matt Cutts explique ce choix (en changeant les sous-titres, vous aurez la transcription française).

 

Mais alors, comment Google peut gérer des blogs sous-domaines?

Il est clair qu’aujourd’hui, n’importe quel référenceur vous conseillera de ne pas créer de blogs ou de sites sans acheter un nom de domaine propre.  En effet, si vous optez pour une solution WordPress ou Over-blog, votre site risque fortement de s’appeller http://monsuperblogperso.over-blog.com ou http://monpetitsitevitrine.wordpress.com.  Toutefois, tout le monde n’est pas prêt à le faire et il existe des millions de site rattachés au nom de domaine de ces CMS par un sous-domaine.

Je pense que la subtilité transpire justement de la vidéo de Matt Cutts. Encore une fois, il pousse sur une solution qui « vous arrange le plus », utilisateur, car ils doivent être encore embêtés à considérer des sous-domaines comme faisant parti d’un seul « host ». Cela voudrait dire faire une compétition énorme entre tous ces sites sous-domaines, pénalisant alors certainement les plus récents ou les moins optimisés.

Je ne doute pas que Google est capable de faire une différence entre les deux mais qu’il ne peut l’expliquer clairement. Reste alors le passage du jus de confiance et popularité des liens qui doivent certainement être traités encore différemment selon que l’architecture du site se base sur des sous-domaines ou sur des dossiers.

Que dois-je choisir pour mes versions de langues?

Là, c’est certain qu’une certaine logique technique peut s’appliquer: qu’est ce qui est plus simple pour vous?

Je conseillerai toutefois quand même de gérer les langues par sous-domaines (si ce n’est pas nom de domaine) et pour la raison simple qu’avec cette solution, le contenu est tout à fait différent d’une version à l’autre. La perte de Trustrank ne sera que minime sur la thématique. Vous aurez certainement de meilleurs réflexes sur le code HMTL (Hreflang) et une séparation peut-être même d’hébergeur (cela influence toujours les résultats par localisation) qu’avec une solution par dossiers.

J’ai encore récemment eu le cas sur le projet d’un client qui n’a pas bien différencié sa version anglaise, mélangeant toute une partie du design français et ayant oublié de préciser le code de langue HTML. Autant vous dire que sa version anglaise était invisible dans les moteurs de recherche.

Et vous, qu’en pensez vous?

Thomas
<p>Je m’appelle Thomas Bordier et travaille dans le Marketing Web depuis plus de 12 ans avec comme principale activité, la gestion des places de marché Exapro. Spécialisé en Webmarketing et en référencement Internet, je propose mes services de consultant à plusieurs partenaires privilégiés.</p>

Write a Comment